Agence officielle de l’État Boletín del Estado

Signé le 26 mai 2024, l’Accord entre le Ministère de la Défense et l’Université de Murcie, pour engager une collaboration dans divers domaines d’intérêt commun, dans le domaine du parachutisme militaire, en exécution des dispositions de l’article 48.8 de la Loi 40/ 2015. , à partir du 1er octobre, du Régime Juridique du Secteur Public, la publication au « Journal Officiel de l’Etat » de cet accord, qui apparaît comme un exo de cette résolution, est effectuée.

Madrid, 1er juin 2024.- Secrétaire technique général, Emilio Fernández-Piñeyro Hernández.

ci-joint
Accord entre le Ministère de la Défense et l’Université de Murcie, pour entreprendre une collaboration dans divers domaines d’intérêt commun, dans le domaine du parachutisme militaire

RÉUNIS

À Madrid, le 26 mai 2024.

D’une part, Don Javier Salto Martínez-Avial, Général de l’Air, Maire-Chef d’État de l’Armée de l’Air, nommé par le Décret Royal 352/2017, du 31 mars, mettant en œuvre en vertu des facultés conférant l’Ordonnance DEF/3015/2004. , du 17 septembre, concernant la délégation de pouvoirs aux autorités du ministère de la Défense en matière d’accords de coopération.

Et, d’autre part, Don José Luján Alcaraz, Recteur Magnifique de l’Université de Murcie, en son nom et représentation en vertu des facultés autorisant son nom, selon le Décret de la Communauté Autonome de Murcie numéro 34/2024, du le 13 avril, publié au BORM du 14 avril 2024 et conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés par l’article 20 de la loi organique 6/2001, du 21 décembre, sur les universités, et l’article 42 du statut approuvé par le décret 85/ . 2004, du 27 août, publié au « Bulletin Officiel de la Région de Murcie », du 6 septembre 2004.

Les deux parties, dans la représentation qu’elles affichent, reconnaissent mutuellement leur capacité à lier et à convenir et

exposition

La première.

Le Ministère de la Défense et l’Université de Murcie ont signé un accord à long terme pour renforcer les relations entre les deux institutions et élargir leur amitié, approfondir la compréhension mutuelle, faciliter l’intégration du système de formation militaire dans le système d’enseignement général et encourager la mise en œuvre d’activités d’intérêt commun.

Suivant.

Que, dans le contexte du parachutisme militaire, l’Université de Murcie s’intéresse à son personnel enseignant et à ses chercheurs, ainsi qu’à ses étudiants diplômés et postuniversitaires, pour pouvoir développer des projets d’investigation, des analyses et des études axés sur la prévention des blessures et la répercussions de la pratique du parachutisme militaire et sportif.

Troisième.

L’École Militaire de Parachutisme « Méndez Parada » et l’Escuadrón de Zapadores Paracaidistas, avec titre d’État, inscrits auprès de la Force Aérienne, remplissent les conditions nécessaires pour pouvoir assurer la collaboration demandée par l’Université de Murcie, puisqu’ils disposent de suffisamment de personnel et ressources matérielles, puisque leur exécution implique un obstacle dans l’exercice des fonctions qui, en tant que centre d’excellence didactique militaire et, respectivement, en tant qu’unité d’opérations spéciales, sont louées.

In-4.

Que l’Université de Murcie, grâce à cette commodité, puisse contribuer à soutenir et à perfectionner les tâches recommandées par l’École Militaire de Parachutisme « Méndez Parada » et l’Escuadrón de Zapadores Paracaidistas, parmi ceux qui s’intéressent aux suivants :

– Assurer une formation théorique et pratique, dans le domaine du parachutisme, au personnel professionnel de l’Armée de l’Air.

– L’étude, l’investigation et l’évaluation de ses propres expériences accumulées dans l’exercice de l’activité de parachutisme.

– Expérimentation et développement en cours de mise en œuvre des moyens matériels existants, ainsi que ceux qui pourront être équipés dans le futur pour le parachutage des unités.

– Création et élaboration de manuels et de règlements pour leur distribution.

Par conséquent, les parties conviennent de souscrire au présent accord, qui sera enregistré par les parties suivantes

Clauses

La première. Objet de la Convention.

La commodité sera l’application pour réaliser des projets d’enquête liés au travail de fin de diplôme, de fin de maîtrise ou de doctorat, appliqués au parachutisme et à l’attention du parachutiste, au sein du ministère de la Défense (Escuela Militar de Paracaidismo) . «Méndez Parada» et Escuadrón de Zapadores Paracaidistas) en adelante, MINISDEF/EMPMP-EZAPAC, de los étudiants inscrits au Grado et postgrado de la Universidad de Murcia (UMU), dans les termes reconnus dans les normes résultant de la candidature.

Deuxième. Portions de pièces.

1. MINISDEF à travers EMPMP et EZAPAC, si vous acceptez de mettre à la disposition de l’UMU les ressources humaines nécessaires aux tâches à réaliser, l’accès et l’utilisation des installations de l’EMPMP et d’EZAPAC nécessaires à la réalisation des projets d’études, d’analyses et d’investigations et la collaboration professionnelle et technique du personnel de ces unités, ainsi que l’information des membres de l’UMU, dans la partie qui les concerne, du règlement intérieur de la base aérienne d’Alcantarilla et des unités situées au même endroit.

2. L’UMU s’engage à :

– Offre à ses étudiants diplômés la possibilité de mener des études avec des militaires volontaires de l’EMPMP et d’EZAPAC, ainsi que de développer des projets de recherche et des thèses de licence, de maîtrise et de doctorat, dans leur titre de domaine, appliqués au parachutisme militaire et sportif.

– Veiller à ce que les étudiants et le personnel du groupe d’enquête disposent de la carte de santé appropriée et veillent à ce qu’ils étudient dur pendant leur séjour à la base aérienne d’Alcantarilla.

– Mettre à disposition du MINISDEF, sans chargement ni chargement, les résultats partiels et totaux des investigations et travaux réalisés dans le cadre de la présente convention.

– Garantir que la relation entre l’étudiant et le MINISDEF/EMPMP-EZAPAC n’implique pas plus de compromis que le résultat du présent accord et ne génère pas d’obligations liées à une relation de travail, ni ne peut donner lieu au remplacement de la sienne. service de travail.

– Que le Groupe de Recherche « Exercice Physique et Performance Humaine » (EO81-03) de l’UMU puisse mener des études et analyses des gestes, postures, adaptations et répercussions liées à la pratique du parachutisme et à l’utilisation des simulateurs de parachutisme.

– Que la collaboration du personnel de l’UMU dans les activités couvertes par la présente convention aura tendance à être exceptionnelle et ne générera pas de relation de travail ou contractuelle avec le MINISDEF. De même, en ce qui concerne le participant personnel du MINISDEF en relation avec l’UMU.

Troisième. Normes d’application de l’accord.

Les règles générales relatives aux projets d’enquête sont reflétées à l’annexe I, et à l’annexe II les règles générales d’application aux étudiants et personnels du groupe d’enquête de l’UMU.

Litre. Cotisations de sécurité sociale.

En ce qui concerne les obligations énoncées dans la cinquième disposition additionnelle du décret royal 28/2024, du 28 décembre, pour la réévaluation des pensions publiques et d’autres mesures urgentes en matière sociale, de travail et d’employés, en attendant son élaboration normative pour son application effective, il est établi ce qui suit : Dans le cas de l’application de l’obligation de respecter la sécurité sociale, requise par la cinquième disposition complémentaire du décret royal 28/2024, du 28 décembre, le MINISDEF n’appliquera pas l’imputation des frais sur lesquels repose cette obligation. supposer. Par conséquent, compte tenu de cette obligation, les activités résultant de cette commodité seront suspendues car elles ne seront pas accréditées par le Régime Général d’Assurance Sociale des étudiants qui y participent.

Cinquième. Confidentialité des informations et protection des données personnelles.

Les parties conviennent de l’échange d’informations nécessaires à l’exécution efficace des termes du présent accord, sous réserve de la réglementation sur la protection des informations. Cela exclut les informations classifiées du MINISDEF, qui sont régies par une législation spécifique et ne peuvent être fournies à des organisations ou à des individus ne disposant pas des mesures de sécurité ou des qualifications appropriées.

Les parties se rendent compte que le reste des informations qui se divulguent ou qui peuvent être consultées au cours des activités apprises pour cette commodité auront tendance à être considérées comme « usage officiel », elles s’engagent donc à observer les réserves nécessaires sur ces informations.

La réserve mentionnée ci-dessus restera valable pendant la durée de validité du présent contrat et survivra à sa résiliation. Les parties s’engagent également à transférer ou à détruire la documentation reçue au moment de la résiliation du présent contrat, sauf réquisition préalable à cet effet.

En ce qui concerne les données personnelles, les parties conviennent de mettre en œuvre, dans les délais applicables, les dispositions établies dans le règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques. . concernant le traitement des données personnelles et la libre circulation de ces données et pour lesquelles la directive 95/46/CE (Règlement général sur la protection des données, RGPD) et la loi organique 3/2024 du 5 décembre relative à la protection des données à caractère personnel et aux garanties numériques droits, comme dans les dispositions de développement qui sont mentionnées.

Les données personnelles faisant l’objet d’un traitement aux fins de l’accord seront incorporées dans les registres des activités de traitement de chacune des parties intervenantes, afin de gérer la relation décrite dans l’accord. Il est interdit aux parties impliquées dans l’accord d’effectuer tout type de traitement de données personnelles qui n’est pas strictement nécessaire à la réalisation des objectifs de l’accord. Les titulaires de données personnelles peuvent exercer auprès du responsable ou chargé du traitement des données personnelles les droits d’accès, de rectification, de contrôle et de portabilité des données personnelles, ainsi que la limitation ou l’opposition au traitement.

Sous le MINISDEF et l’UMU assument les responsabilités découlant de la condition des responsables du traitement des données personnelles. Le MINISDEF et l’UMU assument l’obligation d’informer les parties intéressées sur les caractéristiques du traitement des données personnelles, ainsi que sur les obligations découlant de la mise en œuvre des mesures techniques et organisationnelles de chaque responsable et du mécanisme établi en cas de failles de sécurité ; ainsi que la mise en place de mécanismes de réponse appropriés aux derechos de l’armée par certaines des parties prenantes.

L’Armée de l’Air (EA) assume les responsabilités découlant des conditions de traitement des données personnelles.

Si le MINISDEF, l’UMU ou EA envisagent ou traitent des données personnelles dans un but différent de celui prévu dans le contrat, ils les communiqueront ou les utiliseront indépendamment de ses dispositions et de la législation sur la protection des données personnelles. , chacune d’elles les parties seront responsables des responsabilités découlant des dommages et pertes qu’elles supportent, pour garantir l’indemnisation effective des parties intéressées, sans préjudice des dispositions de l’article 82.5 du RGPD européen.

Sixième. Accès à l’intérieur d’une installation militaire.

L’intérieur d’une installation militaire comporte différentes zones de sécurité. Le chef de l’installation militaire est chargé d’autoriser spécifiquement les zones auxquelles le personnel civil peut accéder. Le personnel de l’UMU autorisé à réaliser les activités ne pourra accéder qu’aux installations destinées à la réalisation des mêmes activités. Dans tous les cas, nous respecterons celles précisées dans les règles de sécurité des installations et, en particulier, celles détaillées dans le Plan de Sécurité, ainsi que dans les règles régissant l’octroi des autorisations pour l’accès des militaires et civils nationaux et étrangers. personnel aux bases aériennes, aux aérodromes militaires, aux avions et aux unités militaires de l’Armée de l’Air.

Par le personnel militaire désigné comme point de contact, les informations nécessaires sur les procédures de sécurité seront fournies au personnel et aux étudiants de l’UMU, qui devront se conformer aux consignes de sécurité requises. Les conflits qui pourraient survenir à ce sujet pourront nécessiter le retrait immédiat de l’autorisation d’accès pour une durée à déterminer.

Le personnel autorisé doit toujours avoir sur lui les documents suivants, dans les locaux militaires :

– Carte nationale d’identité ou passeport.

− Carte d’identification de l’installation correspondante.

Les personnels non militaires ayant accès aux installations du MINISDEF ne pourront pas insérer, afficher ou afficher des panneaux, symboles, badges, lettres, etc. qui, en raison de leur contenu ou des circonstances dans lesquelles elles sont cultivées ou utilisées, peuvent porter atteinte au principe de neutralité institutionnelle ou porter atteinte aux règles de sécurité. En cas de non-respect de cette condition d’accès et de persistance, à titre de critère général, l’UMU prendra en compte la connaissance de l’intéressé qui, sans suivre les instructions, l’invitera à abandonner l’installation militaire correspondante.

Septième. Compromis économiques.

La collaboration objective de ce confort se réalise sans aucun contraste économique et ne nécessitera aucun coût ni augmentation de plants pour le MINISDEF ou pour l’UMU.

Octave. Mécanismes de suivi, de surveillance et de contrôle.

Afin d’initier et de respecter les activités de collaboration visant cet objectif, une Commission conjointe de suivi, de supervision et de contrôle sera créée à l’avenir, qui sera composée de trois représentants du MINISDEF et de trois représentants de l’UMU. .

Les membres de la Commission seront :

Pour le MINISDEF : le Directeur de l’EMPMP ou la personne responsable, un responsable désigné par le Directeur et Chef d’EZAPAC ou la personne responsable.

Pour l’UMU : le Magnifique Recteur ou la personne délégante et deux représentants de l’UMU.

La présidence de la Commission sera annuelle et tournante entre les deux partis, correspondant au premier tour de l’UMU, et ses décisions seront adoptées à l’unanimité.

Le comité se réunira régulièrement chaque année. Toutefois, le Président de la Commission, de sa propre initiative ou à la demande de l’autre partie, pourra convoquer les réunions extraordinaires qu’il jugera appropriées, pour traiter les questions qui, par leur importance, leur urgence et leur nécessité de résolution, alors demandez-le. De même, dans certains cas, des experts peuvent être sollicités pour éclairer ou clarifier certaines questions d’intérêt.

La commission fournira les commissions suivantes :

– Déterminer annuellement le contenu des activités du cours de chaque enseignant.

– Veiller à votre strict épanouissement, analyser les actions entreprises par les deux parties et les objectifs atteints.

– Examiner les termes de l’accord et proposer ses modifications, conformément à l’article 49.g) de la loi 40/2015 du 1er octobre relative au régime juridique du secteur public, qui seront incorporés sous forme de documents complémentaires. approuvé par les deux parties.

– Nommer un groupe de travail conjoint annuel qui procédera à de nouvelles améliorations de l’effectif de cette Commission.

Neuvaine. Loi applicable.

Cette commodité est de nature administrative. Elle sera réglementée par la loi de la même manière, conformément aux dispositions du titre préliminaire, chapitre VI, de la loi 40/2015 du 1er octobre sur le régime juridique du secteur public, pour le reste des règles qui sont applicables. et par les principes généraux du droit.

Les divergences qui pourraient survenir entre les deux parties à la suite de la mise en œuvre du présent accord seront tentées d’être résolues, dans un premier temps au sein de la Commission mixte de suivi, de vigilance et de contrôle. Si vous ne pouvez ignorer ces connaissances, vous serez soumis aux connaissances et à la compétence du système de jurisprudence du contentieux administratif.

Sans préjudice de ce qui précède, pour l’interprétation des doutes et des controverses qui surgissent dans l’application de cette convention, le litige sera traité dans les clauses de la même loi et, subsidiairement, les principes établis dans la loi 39/2015 du 1er octobre. . , du Procedimiento Administrativo Común de las Administraciones Públicas, et les autres normes qui leur sont applicables.

Le dixième. Validité.

Avec l’accord d’établissement prévu à l’article 48.8 de la loi 40/2015 du 1er octobre, l’accord sera complété sous la forme de votre signature et entrera en vigueur avec l’enregistrement, dans les cinq jours ouvrables suivant votre formalisation. , dans le Registro Electrónico Estatal de Órganos e Instrumentos de Cooperación del Sector Público Estatal, auquel fait référence la septième disposition complémentaire de la Citada Ley 40/2015, du 1er octobre. Il sera publié quotidiennement sur le marché après son officialisation au « Bulletin Officiel de l’Etat ».

Il sera en vigueur pendant deux ans, avec possibilité de prolongation pour une période égale de deux ans, préalablement et mutuellement convenue par les parties en signant l’annexe correspondante au présent accord, à communiquer, dans ce cas, à le Registre. Electrónico Statal de Órganos et instruments de coopération.

Cette commodité sera toujours soutenue par les besoins de la Défense Nationale et, en particulier, par le MINISDEF, de sorte qu’une fois ce besoin apparu, il sera suspendu aussi longtemps que le besoin persiste, ou dans ce cas éteint, s’il n’y a pas un conseil spécifique ou un préavis et sans droit à aucune réclamation de la part de l’UMU, ni à l’attribution de dommages et intérêts ou d’une indemnisation en votre faveur.

Onzième. Les causes de l’extinction.

Cet accord est toujours résilié conformément à l’un des motifs de résiliation établis à l’article 51 du décret législatif 40/2015 du 1er octobre. En cas de règlement de l’accord, chaque partie devra satisfaire aux compromis qui en découlent, conformément à l’article 52 de la même loi.

De plus, nous nous efforcerons d’aborder les causes de résolution suivantes :

– Rapport de chaque partie, bien préparé, avec un préavis de deux mois.

– Les besoins de la Défense Nationale ou, notamment, du MINISDEF, tels que précisés à l’article précédent.

– Impossibilité de réaliser le but pour lequel il a été signé.

La résolution de l’accord, tant par entente mutuelle que par résolution judiciaire, abordera les effets signalés à l’article 52 de la loi 40/2015 du 1er octobre.

Douze. Obligations.

Conformément à l’article 51.c) de la loi 40/2015 du 1er octobre, en cas de manquement aux obligations et compromis assumés par l’un des signataires, l’autre partie peut notifier à la partie qui viole une demande pour laquelle elle est cumulée dans un certain domaine avec les obligations ou les compromis qui sont considérés comme non respectés. Cette demande sera communiquée à la Commission Paritaire de Suivi, de Surveillance et de Contrôle et à l’autre partie. Si la zone indiquée dans la réclamation est dépassée et que l’indemnité persiste, la partie responsable informera l’autre partie de la cause du règlement et réglera l’accord. Dans le cas d’actions en cours, les parties, à la demande de la Commission Paritaire de Suivi, de Surveillance et de Contrôle, peuvent convenir de leur poursuite et de leur achèvement dans des délais improbables, quel que soit l’accord dont elles doivent être liquidées, conformément aux l’établissement à l’article 52.3 de la loi 40/2015, du 1er octobre.

Le règlement de la convention pour ce cas ne pourra pas permettre d’obtenir l’indemnisation des dommages causés.

Conformément à ce qui précède, nous signons cet accord, en deux exemplaires originaux, également valables, où et quand cela est indiqué. – Par le ministre de la Défense, par le président du maire de l’État de l’Armée de l’Air, Javier Salto Martínez-Avial. – Pour l’Université de Murcie, le Recteur Magnifique, José Luján Alcaraz.

ANNEXE I
Règles générales d’application aux projets de recherche développés par l’Université de Murcie

1. Les projets d’enquête seront approuvés par la Commission Mixte de Suivi, Supervision et Contrôle proposée par le Groupe d’Enquête « Ejercicio Písico y Rendimiento Humano (EO81-03). Ils porteront de préférence sur la prévention et l’étude des postures, types de blessures, adaptations et répercussions qui surviennent le plus fréquemment suite à l’utilisation de simulateurs et à la pratique du parachutisme.

2. Vous pouvez agir en tant que personnel pour toutes les enquêtes menées par le personnel appartenant à l’Escuela Militar de Paracaidismo « Méndez Parada » et à l’Escuadrón de Zapadores Paracaidistas (enseignants, instructeurs et étudiants).

3. Tous les projets contacteront le rapport du Comité d’éthique de la recherche de l’Université de Murcie. Chaque participant signera un document de consentement éclairé et l’obtiendra volontairement.

4. Tous les souhaits des volontaires seront respectés et ils seront libres de participer aux projets et de les abandonner à tout moment.

5. L’Université de Murcie pourra utiliser les données obtenues dans ses enquêtes, y compris les images photographiques et les documents audiovisuels, dans autant d’activités d’enseignants et de chercheurs qu’elle le jugera intéressant, en respectant la confidentialité des informations et l’anonymat dans le domaine public, conformément aux dispositions de la loi organique 3/2024 du 5 décembre relative à la protection des données personnelles et garantit les droits numériques.

ANNEXE II
Règles générales d’application aux étudiants et au personnel du groupe d’investigation de l’Université de Murcie
La première.

1. Le nombre d’étudiants de l’Université de Murcie (UMU) qui réaliseront des activités dans l’Escuela Militar de Paracaidismo « Méndez Parada » (EMPMP) et l’Escuadrón de Zapadores Paracaidistas (EZAPAC) sera attribué chaque année par l’UMU, en coordination avec ces unités. Un maximum de six numéros correspondants est normalement convenu, sauf qu’en raison de circonstances particulières et de considérations mutuelles, un nombre plus élevé peut être convenu. Cette proposition sera présentée au Comité mixte.

2. Les activités des étudiants se concentreront de préférence sur la participation en tant que membres du groupe de recherche dans des domaines appropriés à leurs qualifications et compétences, en discutant avec leurs tuteurs de la planification, de la conception, de la collecte de données, de l’analyse des résultats et de la rédaction de projets d’enquête dans ceux-ci. qui participe également aux travaux de fin de licence, de fin de master et de thèse de doctorat de ceux qui sont inscrits.

3. Les activités réalisées par les étudiants seront déterminées par le Comité mixte et selon les intérêts des deux institutions et seront supervisées et dirigées par les professeurs de l’Université.

4. La durée des activités dépendra des caractéristiques de l’équipe et des calendriers approuvés par la commission mixte.

5. Les gaz produits par l’incorporation des étudiants et du personnel de l’Université de Murcie ne seront pas transportés par le Ministère de la Défense (MINISDEF).

Suivant. Régime intérieur.

1. Utilisation des installations : Pendant le séjour, les étudiants et l’enquêteur personnel de l’UMU bénéficieront d’un accès aux installations où ils exercent leurs activités, aux terrains de jeux et aux zones de loisirs de l’EMPMP et d’EZAPAC, en respectant à tout moment les zones interdites désignées. . en eux masse.

2. Règlement intérieur : EMPMP et EZAPAC sont régis par leur propre législation qui garantit pleinement la coexistence et le respect des personnes et des moyens matériels. Il sera du devoir de l’EMPMP et de l’EZAPAC d’informer adéquatement chaque unité des réglementations spécifiques. Ce règlement sera considéré comme un complément obligatoire pour le personnel de l’UMU du côté qui le concerne, pendant son séjour dans l’unité en question. En cas de violation de ces règles, le chef de l’unité augmentera son importance, pouvant, à ce titre, proposer la résiliation du compromis et la permanence du contrevenant présumé, le tout sans préjudice des poursuites judiciaires appropriées.

3. Cartes d’identité : le personnel de l’UMU se verra délivrer une carte d’identité similaire à celle du personnel servant à la base aérienne d’Alcantarilla. Veuillez noter que vous serez ramené en sécurité à la fin de votre période de vacances.

4. Heures : Les heures d’ouverture des stations seront adaptées aux heures de travail régulières du personnel affecté à la base aérienne d’Alcantarilla.

5. Ordres : La Base Aérienne d’Alcantarilla, dans les limites imposées par le fonctionnement de l’Unité, peut autoriser l’exécution d’ordres, sous réserve du paiement du montant établi, dans ses installations, au personnel de l’UMU, à condition qu’ils soient disponibles et les circonstances le permettent. La demande de commissions se fera en recherchant les studios EMPMP ou EZAPAC, selon la procédure.

6. Assistance médicale : Le service de santé de la base aérienne d’Alcantarilla sera en mesure d’assister, en cas d’urgence et si la prise en charge du cas l’exige, les étudiants qui nécessitent des soins médicaux. Si une hospitalisation ou un autre traitement est nécessaire, pour une période plus ou moins prolongée, l’intéressé retournera vers les services de santé appropriés ou les entreprises privées avec ceux qui seront assurés. En tout état de cause, le MINISDEF décline toute responsabilité pouvant découler de cette première considération.

7. Sécurité et accidents : Tout accident pouvant survenir en raison de la coopération convenue, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’EMPMP et d’EZAPAC, sera responsable de la sécurité de l’école, laissant au MINISDEF toute responsabilité, sauf faute. du médiateur ou de la négligence d’une partie du personnel de ce ministère.