De Pizzo Coca en parapente Vidéo du grand vol de Busi

De Pizzo Coca en parapente Vidéo du grand vol de Busi

N’appelez pas ça un parapente. Je l’ai fait dans le titre par souci de clarté et de synthèse. Mais ce qu’Angelo Busi, un intrépide 25 ans de Mapello, a lancé du haut du Pizzo Coca, le plus haut des monts Orobie à 3 050 mètres, n’était pas un parapente, mais un vol rapide. Il est plus petit et surtout plus rapide qu’un parapente classique, du genre que l’on voit souvent dans la vallée tourner au-dessus de nous comme des aigles, mais de manière moins menaçante. Plus vite. Angelo a volé pendant seulement 5 minutes, atteignant 90 kilomètres par heure et couvrant un dénivelé d’environ deux mille mètres. Atterrissage, sans problème, à Valbondione. Pas de scratch, mais avec beaucoup d’adrénaline.

« Comme j’en ai toujours rêvé. » « Escaladez des montagnes et volez loin !!! ». Avec trois points d’exclamation. Qui, dans ce cas, sont utilisés avec parcimonie. C’est avec ces mots qu’Angelo Busi a commenté sa vidéo publiée sur Facebook. incroyable Peu de temps auparavant, et tout est là, il avait pris un selfie dans la neige à quelques pas de la croix, avec un panorama de carte postale autour de lui et l’horizon arrondi par le grand angle. Effet fish-eye, qui ressemble beaucoup à la planète Terre vue de l’espace.

Beaucoup de pratique. Une telle entreprise demande de la préparation. Il faut de la pratique pour voler parfaitement. « C’était une grande émotion de décoller du toit d’Orobia – a déclaré un L’écho de Bergame -. Bien entendu, ce n’était pas une improvisation : j’étais préparé, j’avais tout le matériel nécessaire et surtout j’ai trouvé les conditions météo idéales. Pendant les environ 4 heures de marche jusqu’au sommet, j’ai constamment surveillé la météo : sans la situation optimale que j’ai trouvée, j’aurais abandonné. J’ai déjà dû retourner dans le passé, la sécurité avant tout. » Busi est le directeur électrique d’une entreprise. Il aime la montagne depuis son plus jeune âge : d’abord l’escalade, puis l’alpinisme, le skyrunning, le parapente. Et ainsi de suite. Avec des voiles déjà descendues du glacier Disgrazia à 3 400 mètres et de Punta Helbronner sur le massif du Mont Blanc, également à 3 400 mètres. Prochaine aventure ? Surprendre.