Ejc 3 199 Parachutisme militaire en vol libre et infiltration à haute altitude - FUERZAS MILITARES DE

Ejc 3 199 Parachutisme militaire en vol libre et infiltration à haute altitude – FUERZAS MILITARES DE

FUERZAS MILITARES DE COLOMBIA

ARMÉE NATIONALE

MANUEL EJC. 3 – 199 RESTREINT

MANUEL DE PARACHUDAGE MILITAIRE FR

CAIDA ET INFILTRATION GRATUITE

À HAUTE ALTITUDE

Première édition

2009

TRAITÉ PAR EJÉRCITO PUBLICACIONES DEUXIÈME

INTRODUCTION

Combien de temps il me faut pour atteindre l’espace infini et flotter au-dessus de l’abîme ! GOETHE.

On comprend parfaitement l’histoire du dramaturge cité en épigraphe car on la ressent aussi, et désormais ce désir continue d’être pleinement valable. Heureusement pour nous, cette anxiété peut aujourd’hui être satisfaite et nous pouvons vivre l’une des expériences les plus excitantes qu’un être humain puisse vivre. Nous apprendrons à connaître l’air. ¡Toquemoslo! Il peut faire chaud ou froid. Il peut être si doux qu’il n’offre pas de résistance absolue ou si dur qu’on peut à peine l’étendre sur le bras.

Nous voulons y aller ! Je me souviens que les pierres tombent simplement, tandis que les avions, les pajaros et les parapentes en chute libre volent vers le bas, reposant dans un air solide et matériel, changeant les angles d’attaque des mains, des pierres, de tout le corps. Ce manuel aborde les aspects les plus pertinents de la formation des parachutistes en escalade libre et en infiltration à haute altitude, dotant l’utilisateur et les instructeurs d’un équipement de base pour mener des activités et des opérations de saut. C’est exact; J’apprendrai chaque expérience de tous mes sauts pour qu’UN SAUT SOIT LE MÊME QU’UN AUTRE !

APERÇU

Ce manuel aborde les aspects les plus pertinents de la formation des parachutistes en escalade libre et en infiltration à haute altitude, dotant l’utilisateur et les instructeurs d’un équipement de base pour mener des activités et des opérations de saut.

OBJECTIF

Le but du Manuel militaire de chute libre et d’infiltration à haute altitude est d’établir les règles générales, les procédures et les techniques à suivre lors de l’entraînement en chute libre et d’établir les exigences en matière de personnel et de vitesse. soutient une opération d’infiltration à haute altitude avec des armes et des équipements dans les zones ennemies lors de conflits internes ou avec d’autres pays. Ce manuel remplace Text Special TE. 3-33 Publique.

ATTEINDRE

La direction et le contrôle du respect de la réglementation et de l’application des procédures et techniques contenues dans ce manuel correspondent aux commandants à tous les niveaux du commandement de l’Armée Nationale. Son application est mise en évidence au niveau technique et tactique, qui constitue un équipement précieux pour le commandant et les instructeurs, dans la planification et la conduite d’opérations spéciales d’infiltration à haute altitude, car la même application s’étend également au domaine de la formation et de l’entraînement des unités spéciales. , permettant ainsi une orientation des tâches et des exercices dans les paramètres contenus dans ce manuel, de manière à permettre l’unification des critères et des procédures en vigueur.

Les pales suivantes sont placées à des vitesses croissantes, les unes par rapport aux autres, à condition de superposer successivement la pale comme celle-là, qui est animée par la vitesse du courant d’air. L’ensemble des pales se déplaçant à différentes vitesses constitue le CAPA LÍMITE.

Régime turbulent

Les particules d’air sont dans ce cas animées de mouvements chaotiques, car elles proviennent de vitesses différentes.

REMARQUE : En aérodynamique, cela produit les mêmes effets que si le flux se déplaçait sur un corps stationnaire ou si le corps se déplaçait au-dessus du flux.

1.1 RÉSISTANCE À L’AIR

Si nous plaçons une plaque perpendiculairement à l’écoulement, nous verrons qu’elle interrompt l’écoulement, permettant de dévier le flux des deux éléments autour de la plaque.

Sur le devant de la plaque on verra que l’écoulement exerce une pression considérable sur cette surface.

L’écoulement contourne le calme en créant une région de vitesses relatives récurrentes de turbulence à l’arrière de la surface.

Si l’on suspend une plaque très plate et fine devant un écoulement parallèle à lui, on constatera que l’action de l’écoulement (pression avant, dépression arrière) peut être considérée comme malheureuse.

Certes, on aura conscience que la plaque a tendance à s’effondrer dans le même sens que le flux d’air, à cause du vortex.

Les causes de la résistance de l’air sont :

Pression sur le corps. Dépression derrière le corps. Rotation du flux au dessus du corps.

Facteurs qui font varier la résistance

Cela dépend de la FORME du corps

Varie selon la position du corps, varie selon les dimensions du corps en question. À poids égal, un corps plus grand nécessitera une plus grande résistance, dont la taille varie en fonction de la SURFACE du corps.

1.1 ASSISTANCE

Étudions le mouvement qui produit un flux d’air sur un profil aérodynamique. La nature provoque un déséquilibre, tout mouvement tend à rétablir l’équilibre perdu. Tenons compte du fait qu’un bord de l’aile garde le bord supérieur courbé (extradós), pour enregistrer un parcours plus long et le bord intérieur plat (intrados), sous cette forme nous rappelons que le flux d’air doit parcourir un chemin plus large que celui-ci. atteint. ci-dessous, on aura donc tendance à aller beaucoup plus vite sur le côté supérieur ou extérieur que sur le côté inférieur ou intérieur du plan de l’aile.

À mesure que la vitesse d’écoulement augmente, la pression statique diminue.

À vitesse inférieure, la pression statique augmente. La somme résultant de cette force due à la pression absolue constitue la SUBSTANCE AÉRODYNAMIQUE.

À LA VITESSE PRIMAIRE…………………………………… …. …. ………….. …….. PRESSION À VITESSE INFÉRIEURE………….. … .. …………………………………………. … PRESSION

Par conséquent, nous pouvons confirmer que le maintien est dû à la différence de pression existant entre les zones intérieure et extérieure en raison des différentes vitesses relatives du flux d’air traversant le bord de l’aile. (FIGURE N°01)

Figure 1. Prise en charge

FIGURE N° 01 VITESSE DU VENT

LE CHAPITRE SUIVANT

2. CHUTE LIBRE

Ce chapitre vise à fournir les règles générales, procédures et techniques à suivre pour effectuer un saut depuis un avion en vol.

2 GRAVITÉ ET RÉSISTANCE

Lorsqu’une force est exercée sur une masse, elle lui donne un mouvement accéléré.

L’être humain, comme tout autre objet, possède une certaine force gravitationnelle, toujours présente entre deux masses.

Sur Terre, cette force gravitationnelle est communément appelée force gravitationnelle et est responsable de l’attraction de toute la masse libre vers le centre de la terre.

Lorsqu’un parachutiste abandonne l’avion, il commence le vol libre, poussé vers le bas par cette force avec un mouvement accéléré.

La valeur de cette accélération est de 9 m/s2, ce qui signifie que la vitesse du parachutiste augmentera jusqu’à 9 m/s pour chaque seconde de transition, si seulement il peut sauter dans le ciel en toute sécurité.

Sur Terre, avec le brassage de l’atmosphère, cette accélération n’est pas constante et continue de diminuer tant qu’elle se produit en raison de la rotation avec l’atmosphère qui génère une force connue sous le nom de RÉSISTANCE de l’air.

La résistance de l’air au mouvement d’un corps est influencée par :

Forme du corps. Surface du corps. Vitesse du corps. Densité et température de l’air.

La traînée, comme la gravité, est une force exercée par le parachutiste, mais dans la bonne direction. Une autre différence fondamentale entre ces deux forces est que la force gravitationnelle est une force constante, mais la résistance de l’air augmente avec la vitesse du parachutiste.

Lors d’une chute, le parachutiste continue d’accélérer à chaque chute au fur et à mesure de son passage, et donc la résistance de l’air à sa chute va également augmenter. Lorsque la force de résistance de l’air est égale au poids du parachutiste, les deux forces verticales s’annuleront et la force résultante appliquée au-dessus du parachutiste sera nulle.

S’il n’y a pas de force résultante, l’accélération du parachutiste sera également nulle et donc la vitesse de chute n’augmentera pas, restant constante à ce que l’on appelle la vitesse terminale de chute libre, stable à 180 km/h pour le décrochage. position.

Si le parachutiste change de position pour une autre avec moins de résistance à l’avance, sa vitesse augmentera jusqu’à atteindre un nouveau point d’équilibre ; la vitesse peut varier entre 180 et 300 km/h, pour des hauteurs allant jusqu’à 4 mètres. (FIGURE N°02).

Lorsque la chute se déplace à des hauteurs supérieures à 4 mètres, au niveau le plus élevé de l’air, la résistance de l’individu à la chute du parachutiste est moindre.

La vitesse terminale est donc considérablement plus élevée, augmentant jusqu’à des valeurs dépassant la vitesse du son.

Le capitaine Joseph A. Kittinger a sauté d’un globe de 102 pieds (31 mètres) en 1960. La descente est dure de 18 pieds (5 mètres), quatre minutes et moyenne et peut atteindre une vitesse de 720 mph (1 km/h)

2 FUERZAS APPLICADAS AU PARACHUDISTE GRATUIT EN CAÍDA

Poids (Gravedad) Centre de gravité (CG) Résistance (à l’air) Centre de pression (CP)

Figure 2. Vitesse du terminal libre

Instable

Lorsque le centre de charge (CP) est inférieur au centre de gravité (CG). (Figure 5)

TECHNIQUE POUR LA STABILITÉ

Les principales techniques pour obtenir une bonne position stable sont :

Archeo del cuerpo Détente

Nous devons ouvrir le blindage et nous le terminerons, avec cela nous parviendrons à avoir notre CG, au-dessus de celui qui implémente Gravedad Force, situé dans notre CP, au-dessus de celui qui implémente la résistance aérienne, à un point au-delà du épée Notre.

Cette position de base est le secret fondamental de la chute libre. Pouvoir l’adopter signifie pouvoir le faire de manière sûre et contrôlée.

Cette capacité, qui peut paraître simple à première vue, ne tient pas tant à considérer que l’être humain, dans des conditions extrêmes, de tension ou de stress, a tendance à adopter des positions protectrices, fondamentalement la position fœtale.

La position stable et ouverte implique l’acceptation et n’est pas naturelle pour l’être humain qui fait face à des situations qui le font se sentir dangereux.

C’est là qu’intervient tout l’intérêt du saut : pouvoir vaincre notre instinct de protection et adopter une bonne posture (Figure 6).

Figure 5. Instable

VENT RELATIF

Comme nous pouvons le constater, la position centrale stable permet à notre corps de s’orienter dans la direction dans laquelle nous nous déplaçons. Désormais, nous disposons de cet élément pour savoir quelle est notre direction ou trajectoire et en même temps pour savoir comment notre corps va s’orienter. La réponse est dans le vent.

En effet, c’est dans le vent, mais pas ce qu’on a l’habitude d’entendre quand on arrive face au vent ou en attendant le bus. C’est le vent réel, l’air se déplaçant contre la surface de la terre. Ce qui nous intéresse, c’est Ruda.

On l’appelle ainsi parce qu’il existe une relation d’observateur à observateur dans l’atmosphère. Lorsque nous mettons notre tête face au vent d’une voiture en mouvement, nous sentons le vent dans notre voiture. C’est du vent relatif. Vous savez toujours où va l’observateur.

Le vent relatif est important en parachutisme car dans notre support ; C’est l’élément FIJO que nous devons pouvoir manipuler avec notre corps.

RÉFÉRENCE EJES

Ils se déplacent vers le centre de la tombe (CG) et ils sont au nombre de trois :

Bord longitudinal. Voir transversalement. Regardez verticalement.

Figure 6. Technique de stabilisation

TOURNER À DROITE TOURNER À GAUCHE

2.3 TABLEAU DES DISTANCES ENREGISTRÉES EN CHUTE LIBRE

    1. 16 4, DEUXIÈME TARTES MÉTRO
    1. 62 18,
    1. 242 73,
    1. 366 111,
    1. 652 198,
    1. 971 296,

PAGE BLANCHE DÉJÀ INTENTIONNELLE