Le parapente est-il l’activité aéronautique la plus respectueuse de l’environnement ?

Pas de moteur, pas de fumées toxiques, juste l’air pur sous vos pieds lorsque vous glissez sur les vents. Le parapente est-il l’activité aéronautique la plus écologique ? A peu près oui ! C’est le singe qui se fait pousser des ailes et apprend à voler. Des humains dans les airs, glissant sur des ascenseurs. Assis dans un harnais et grâce à des bouches d’aération, les pilotes de parapente peuvent effectuer des vols de plusieurs centaines de kilomètres et pendant plusieurs heures. Les images de parapentes au-dessus de baies pittoresques, de l’océan scintillant au soleil et des cieux bleus peuvent inspirer même l’être humain le plus proscrit.

Je me souviens avoir pris un auto-stoppeur sur la Stanley River Road, près de Maleny dans les Blackall Ranges sur la Sunshine Coast du Queensland, et son sac à dos s’est avéré être un parapente plié. Cet Israélien en pleine forme avait sauté d’une falaise à une cinquantaine de kilomètres de là et avait survolé les Blackall Ranges en parapente pour atterrir près de l’endroit où je l’ai récupéré. C’était son mode opératoire habituel pour revenir ensuite en stop jusqu’à l’endroit où sa voiture était garée. J’ai pensé, quelle merveilleuse façon de passer ses week-ends, en s’élevant au-dessus des nuages et en observant la nature en dessous de soi, tout en volant dans les airs.

Il est donc clair que le parapente est le sport aérien le plus respectueux de l’environnement et il est totalement absurde de dire le contraire. Les deltaplanes s’incluraient probablement aussi dans cette équation. Tous les pilotes sans moteur diraient probablement la même chose : “Nous volons comme des oiseaux, des chauves-souris et des planeurs en sucre ; nous ne nuisons pas au ciel. Nous ne laissons aucun résidu de combustibles fossiles polluant la pureté de l’air. Nous volons avec la permission du vent et seulement dans ce cas.” Peut-être pourraient-ils tous se retrouver autour d’un verre au bar du club de parapente, pour échanger des histoires d’aventures portées par les courants du vent et des vues si riches pour l’œil humain. On y sirote des cocktails intitulés “Near Misses”, inspirés par le plaisir de danser avec la mort tout en rentrant chez soi vivant.

Il est surprenant de constater que peu de parapentistes meurent, statistiquement parlant, puisque seulement deux pilotes sur dix mille sont mortellement blessés chaque année. Je suppose que le trafic là-haut est loin d’être aussi mauvais que sur nos routes ; peut-être devrions-nous être plus nombreux à prendre les airs. Bien sûr, tout ce qui dépend de la météo peut être dangereux et pas entièrement fiable. Mais pour l’excitation de tout cet air pur, rien ne peut le battre.