L'innovation d'un parachutiste des forces d'opérations spéciales espagnoles améliore la précision des sauts

L’innovation d’un parachutiste des forces d’opérations spéciales espagnoles améliore la précision des sauts

Les forces d’opérations spéciales (ET) de l’armée espagnole s’entraînent constamment aux techniques d’infiltration et d’exfiltration par voie terrestre, maritime et aérienne, parmi lesquelles les techniques de parachutisme, notamment les sauts manuels en parachute à grande ouverture et à basse altitude (HELLO/HAHO). ).

Un membre du Mando de Operaciones Speciales (MOE) a mis en œuvre une technologie pour garantir la précision du lancement appelée Point de largage à haute altitude (HARP), qui a reçu la reconnaissance d’autres grèves spéciales.

Les unités d’opérations spéciales doivent procéder à une analyse détaillée de la situation pour déterminer une méthode d’infiltration appropriée et la salinité ultérieure de la zone d’opération. L’une des techniques utilisées pour infiltrer les forces spéciales pendant la Seconde Guerre mondiale consistait à se lancer dans des parachutes d’avion. Compte tenu de la précision requise et de la nécessité de regrouper les équipes une fois au sol, les parachutes ont été avancés par la technologie, intégrant l’alimentation en oxygène des sauteurs et des systèmes de navigation qui ont ouvert la voie aux sauts en hauteur. .

Les atterrissages à haute altitude peuvent être effectués à 30 000 pieds (une de 9 000 mètres) d’altitude et sont divisés en deux modalités. Le premier est désigné en anglais par HALO (Ouverture haute altitude-basse), auquel cas vous descendez dans le baquet libre jusqu’à ouvrir votre parachute à l’altitude minimale de sécurité, entre 4 000 et 5 000 pieds au-dessus du sol. L’autre façon est HAHO (Ouverture haute altitude), dans lequel le sauteur s’ouvre sur des parachutes après avoir abandonné le dirigeable et navigue avec celui-ci, qu’il peut parcourir, en fonction de l’altitude de lancement, les 60 kilomètres jusqu’à atteindre le point stable. Tous les modes nécessitent un apport d’oxygène pour le parachutiste s’il saute au-dessus de 12 000 pieds.

La méthode de tri des menaces est discrète et infiltre rapidement les zones sensibles. Le MOE, dont les professionnels sont issus de la Brigada Almogvares VI de Paracaidistas (BRIPAC) et possèdent une vaste expérience dans ce domaine, a reçu en 2013 la commande de disposer de la capacité HALO/HAHO, qu’il a enregistrée en 2017.

Un de ses parapentistes, avec 5 000 lancers d’épaule, a commencé à travailler avec les languettes coordonnées pour les sauts ATM qu’il a lancés. armée américaine en 1975, et ceux-ci étaient obsolètes et inefficaces. Ce professionnel innovant a développé un nouveau logiciel sous Excel qui calcule les facteurs essentiels de la navigation en techniques HALO/HAHO tels que l’altitude, le poids du parachute et de son équipage, les conditions météorologiques (force et direction du vent à différentes altitudes), la création d’un haute précision pour le calcul HARP. Comme nous l’expliquons : Il est nécessaire de prendre en compte le poids réel de chaque parachutiste, l’équipement qu’il transporte et les variables de la nature du terrain au-dessus du parachutiste, en pouvant corriger le point de remontée du parachutiste pour éviter, par exemple, d’effectuer le lancement par-dessus un plan d’eau ou la verticale d’un objet.

Différents types de cloches ont également été analysés pour l’étude, chacune avec des facteurs de plan et d’avance distincts, pour calculer des facteurs tels que la résistance au vent, la capacité de freinage, etc., tous les cycles mathématiques sont automatiquement exportés vers le GPS à l’aide de cavaliers MOE. pour ces sauts. Graphiques spatiaux gratuits et navigation 3D sur une carte ou Google Earth Il permet aux sauteurs de voir le saut sous n’importe quel angle sur leur écran personnel et constitue une aide particulière pour le répartiteur dans la prise de décisions..

Des interactions spéciales ont montré les parachutistes de l’armée espagnole observés dans l’innovation de cette armée espagnole Armée française, avec lequel le MOE participe fréquemment à des exercices bilatéraux, pour ensuite l’améliorer parmi d’autres chasseurs parachutistes. C’est l’origine du système, qui continue de se développer, de sorte que lors de la finale en 2024, vous recevrez l’un des prix de l’innovation qui r Les armes des terres, ainsi que la reconnaissance publique de l’Unité, MOE.

Avant d’utiliser ces technologies, les membres des équipes d’opérations d’ouverture manuelle (APM, HAHO/HALO) ont commencé leur formation avec le cours d’ouverture manuelle dans la zone de base d’Alcantarilla (Murcie), siège de l’École militaire de parachutisme de Parade Mández, où au cours de Pendant cinq semaines, ils évoluent dans le corps libre et dans le maniement physique des parachutes d’entraînement.

Une fois la formation terminée, le nouvel opérateur, expert en déploiement manuel, est formé à la manipulation des nouveaux parachutes et équipements tactiques. A partir de là, le sauteur devient un membre actif de son équipe et participe à tous les sauts à ouverture manuelle de son unité qui ne nécessite pas l’utilisation d’oxygène. La phase suivante de la formation est le cours de spécialiste du lancement d’oxygène de haut niveau, suivi d’une phase d’adaptation aux équipes de l’armée de l’air organisées et dirigées par BRIPAC qui effectuent les phases de lancement HALO/HAHO à partir d’avions de transport de l’armée de l’air (normalement C295) et C-130. Herculedes zones de base de Villanubla (Valladolid) et Virgen del Camino (Len).

Dans ces derniers instants, le ME a participé à un grand nombre d’exercices, démontrant le haut niveau de formation atteint par ses parachutistes. (Julio Maz Sanz)

Photo : les opérateurs du MOE qualifiés en HAHO/HALO sautent du niveau du transport. (Photo du ministère de l’Éducation)

Copyright © Grupo Edefa SA La reproduction totale ou partielle de cet article est interdite sans l’autorisation et l’autorisation préalable de l’éditeur.