Dans The Legend of Zelda : Tears of the Kingdom, Link se trouve dans une boîte de matériaux en bois collés avec de l'Ultrahand.

Tears of the Kingdom bat les quatre temples sans le parapente de Link

« Colgera était un cauchemar »

The Legend of Zelda : Tears of the Kingdom présente un monde incroyablement vaste que Link peut explorer. De plus, la carte du monde comporte trois couches – les profondeurs, la carte de la surface principale et le ciel – qui confèrent au jeu une impression de verticalité intimidante. Heureusement, Link dispose d’un ensemble complet d’outils qui lui permettent de voyager depuis les îles les plus hautes du ciel, à travers les gouffres profonds de la surface d’Hyrule, jusqu’aux immenses zones souterraines du jeu. Le principal d’entre eux est le parapente, qui permet à Link de flotter gracieusement dans les airs et lui évite les chutes une fois qu’il atterrit. C’est un élément clé du kit de Link de The Legend of Zelda : Breath of the Wild qui semble plus utile que jamais dans cette suite.

Cependant, au moins un joueur entreprenant a abandonné ce parapente au cours de sa partie. (Link ne démarre pas le jeu avec un parapente : dans le didacticiel de la région de Great Sky Island, il saute dans des plans d’eau, ce qui annule tout dommage de chute.) Chris Brune a joué une partie importante du jeu sans planeur et a partagé son découvertes sur Reddit, à un public stupéfait. En fait, Brune a pu se frayer un chemin vers les quatre temples de la mission « Phénomènes régionaux » du jeu et les terminer sans l’outil de limite nécessaire – un témoignage des véritables qualités du jeu bac à sable et aussi de la volonté d’un joueur.

Viaggio247 a interviewé Brune, via le chat Reddit et par e-mail, pour comprendre comment il l’a fait et ce qui l’a inspiré en premier lieu. Cette interview a été légèrement modifiée pour plus de longueur et de clarté.

(Remarque : des spoilers pour la série de quêtes « Phénomènes régionaux » et de légers spoilers pour la série de quêtes « Les larmes du dragon » suivent.)

(TotK) Si vous terminez les quatre régions sans obtenir le parapente, Purah a un dialogue spécial.
par u/SicSicSicSic dans zelda

Viaggio247 : Qu’est-ce qui vous a inspiré à faire une course sans planeur dans le jeu ?

Chris Brune : Je voulais aborder Tears of the Kingdom à l’aveugle, j’ai donc évité la plupart des supports marketing. À cause de cela, je n’étais même pas sûr que le parapente reviendrait. Après environ une heure d’errance dans le Temple du Temps, j’ai commencé à supposer que cela n’arriverait pas. Lorsque je suis tombé sur les appareils Wing Zonai, je me souviens m’être dit : « Quel choix audacieux pour Nintendo de remplacer le parapente par celui-ci. »

Ce n’est que lorsque j’ai rencontré Impa que j’ai pris conscience de l’existence du parapente. Après vous avoir emmené en montgolfière pour avoir une vue aérienne du premier géoglyphe, il vous dit : « Si vous souhaitez examiner le géoglyphe depuis le sol, vous pouvez descendre en parapente. » J’ai dû éteindre la flamme de la montgolfière dans laquelle nous étions tous les deux pour pouvoir en sortir.

A cette époque, j’avais déjà terminé le Temple de la Foudre et environ 30 sanctuaires. Ensuite, ma fiancée m’a demandé si je voulais faire du parapente et j’ai répondu : « Je le prendrai quand je trouverai quelque chose que je ne peux pas faire ».

Ce n’est jamais arrivé.

Y a-t-il eu des bugs, des ensembles d’armures ou des gadgets (appareils Zonai, builds, etc.) sur lesquels vous vous êtes appuyé ?

J’ai fait de mon mieux pour éviter les spoilers, et avec eux, la plupart des informations générales sur le jeu. Je volais à l’aveugle. Mon ami et colocataire Odi et moi avons passé des heures à concevoir, modifier et tester diverses créations Zona, notamment en essayant d’accéder aux îles du ciel lointain. L’appareil que j’ai le plus utilisé était un dispositif d’aile avec un manche de direction et deux ballons de chaque côté, chacun alimenté par des émetteurs de flammes. Les fusées éclairantes/ballons assuraient la hauteur et lorsque les batteries moururent, l’aile assurait la distance.

Jusqu’où as-tu réussi à aller ? Pourquoi avez-vous arrêté/quels obstacles vous ont empêché de continuer ?

Le deuxième jour du jeu, avant même de comprendre le parapente, je suis tombé sur l’arène du boss final. Je soupçonnais que c’était là que j’allais, mais je voulais en être sûr pour pouvoir l’éviter pendant le match. En faisant cela, j’ai démontré par inadvertance que je pouvais accéder à la fin de partie sans le parapente.

Quels ont été les obstacles et les défis les plus difficiles ou les plus ennuyeux ?

Le défi le plus difficile était sans aucun doute la deuxième phase du combat contre le boss du Temple du Vent. J’ai passé environ cinq heures à tester différentes stratégies avant de finalement trouver quelque chose qui fonctionnait.

En dehors de cela, accéder et traverser les profondeurs était une énorme douleur. Dans cette obscurité totale, le monde tombe parfois sous vos pieds. Ce n’est pas bien quand on ne peut pas récupérer.

Comment avez-vous géré le Temple du Vent et son patron ?

J’ai reporté cette opération de quelques jours, parce que je pensais que cela marquerait la fin du voyage, que ce serait quelque chose que je ne pourrais pas faire. (Je ne savais rien du Temple du Vent, mais je pensais que si quelque chose pouvait mettre fin à la course, ce serait la région associée au vol.)

L’approche du Temple du Vent est parsemée de trampolines, mais sans le parapente, je ne pourrais pas en faire un usage significatif. Les appareils de Zonai les laissent tomber au hasard sans gagner beaucoup de hauteur, ils étaient donc effectivement inutiles. Heureusement, les bateaux sont accompagnés de gros rochers flottants qui font office de points de contrôle. J’ai utilisé le dispositif ballon-aile susmentionné pour voler de rocher en rocher, en remontant la voiture à chaque point d’atterrissage pour mettre à jour les durées des appareils. Lors de l’approche finale, j’ai attaché un stabilisateur à la voiture et j’ai fait éclater les ballons lorsque j’étais au-dessus de l’entrée de la tempête. Cela a permis de maintenir l’aile stable lorsque je suis tombé sur la tempe en contrebas, mais j’ai mal évalué mon élan et j’ai dû plonger à mi-chemin. Heureusement, le temple a une cinématique qui commence lorsque vous êtes dans un certain rayon, ce qui m’évite de frapper le temple à une vitesse terminale.

Colgera était un cauchemar. Le combat commence avec Link tombant dans les airs. Sans parapente, ce n’est pas un point de départ viable

Le temple lui-même était pour la plupart assez facile. J’ai pu augmenter, réduire ou passer à travers la plupart des objectifs. Une aile avec quelques fans me donnait accès à tout le reste.

Colgera était un cauchemar. Le combat commence avec Link tombant dans les airs. Sans parapente, ce n’est pas un point de départ viable. J’ai compris assez vite que si vous mourez devant le boss, vous réapparaîtrez sur un rocher flottant au-dessus de lui. Avec ce terrain solide, j’ai pu tirer calmement des flèches sur le boss alors qu’il tournait en dessous de moi.

Le vrai problème est venu avec la phase deux. Le jeu vous renvoie dans les airs et il n’y a aucun point de vue utile en descendant. Même si vous survivez à l’atterrissage, le boss déclenche des tornades si souvent que vous serez renversé par les appareils de Zona avant d’avoir atteint suffisamment de hauteur pour atteindre ses points faibles. Il m’a fallu environ cinq heures de tests, réparties sur deux jours, pour trouver une solution : j’ai commencé la phase en buvant un élixir augmentant l’endurance (c’était encore relativement tôt dans le jeu et je n’avais pas encore amélioré mon endurance). Ensuite, j’ai plongé le plus près possible du milieu de la tête. Dès que j’étais sous le patron, j’ai dégainé mon arc et, en utilisant le tir de balle, j’ai tiré les flèches fusionnées avec les ailes de Keese dans les trois points faibles, tuant le patron avant de toucher le sol. Les ailes Keese fournissaient la distance de traction supplémentaire indispensable pour atteindre les deux points les plus éloignés.

Combien de fois êtes-vous mort suite à une chute ? Pas seulement ce combat de boss, mais tout ça ?

Connaissez-vous l’euphémisme « lithofreinage » ? Après s’être habitué aux limites du jeu, la mort par chute était moins un danger qu’un moyen de transport (avec l’aide des fées, bien sûr). Cela dit, je pense que je suis mort correctement à cause des dégâts subis environ 150 fois.

Y avait-il d’autres sanctuaires que vous ne pourriez tout simplement pas faire sans un planeur ?

J’ai traité les sanctuaires de parapente plus comme des problèmes mathématiques non résolus que comme de véritables barrières. La solution existait, mais elle nécessitait un brainstorming actif ou une rumination passive. Si je ne trouvais pas de solution, je partirais et la garderais à l’esprit pendant que j’explorais ailleurs. J’ai été particulièrement satisfait de mes solutions pour « A Bouncing Device » (Morok Shrine) et « Unenlightened Blessing » (South Lomei Labyrinth).

Le seul sanctuaire que je n’ai jamais revu était « Ride the Winds » (Another Gatakis) dans le village de Rito. J’ai pu combler le premier écart en utilisant un bouclier monté sur un missile, mais le deuxième écart était trop grand pour cela.

Avez-vous réussi à utiliser les tours Skyview ?

La quête que vous propose le parapente est aussi celle qui active toutes les tours de la carte pour les utiliser, ce que je n’avais aucun moyen de connaître. L’accès à de nombreuses tours de la carte était difficile sans le parapente, je n’ai donc pas tout mis en œuvre pour en activer une avant d’entrer dans le jeu. J’en ai ouvert la porte, j’ai vu qu’il n’y avait rien avec quoi interagir et j’ai réalisé que le puits menant au ciel signifiait que je devais accéder au sommet de la tour (semblable à BotW). Il m’a fallu 20 minutes de montée sous la pluie pour atteindre le sommet. Quand je suis arrivé là-haut, j’ai été accueilli avec une trappe fermée et encore une fois rien avec quoi interagir. Le voyage sans planeur devrait aussi être un voyage naïf (surtout – j’étais toujours capable de cartographier les profondeurs).

Maintenant que vous avez un planeur (en supposant que vous l’ayez maintenant, puisque vous avez parlé à Purah), y a-t-il des techniques de votre jeu sans planeur que vous conserverez ?

J’ai pris le parapente à contrecœur pour pouvoir accéder à la caméra (nécessaire pour certaines missions). Je traite toujours le jeu comme si je n’étais pas un planeur, même si je sais au fond de mon cœur que ce n’est pas vrai.

Dans The Legend of Zelda : Tears of the Kingdom, Link se trouve dans une boîte faite de matériaux en bois collés avec de l'Ultrahand.

Le « Pain Cube » que Brune décrit ci-dessous. Image : Nintendo EPD/Nintendo via Chris Brune

Y a-t-il quelque chose que nous n’avons pas demandé et que vous aimeriez partager ?

Lorsque j’ai découvert les profondeurs, j’ai été étonné que le jeu n’ait pas seulement deux niveaux, mais trois. J’ai décidé de cartographier autant que possible. Escalader de nombreux murs abrupts n’était tout simplement pas possible avec l’endurance et l’équipement dont nous disposions. Au lieu de cela, je devrais rentrer dans les Abysses ailleurs. Quelque part en chemin, j’ai eu ma première fée et j’ai décidé de la traiter comme un aller simple vers les profondeurs. J’ai choisi un gouffre, j’ai sauté, puis je me suis écrasé sur un affleurement (activant la fée) avant de plonger dans l’obscurité et vers ma mort désormais inévitable en contrebas. Naviguer dans les profondeurs nécessiterait une solution plus gracieuse.

Heureusement, le gouffre que j’avais choisi contenait des matériaux de construction à proximité. J’ai construit un cube avec des planches de bois,…